Accueil Actualités Les traversées du Pacifique en pirogue sont de retour

Les traversées du Pacifique en pirogue sont de retour

934

Dans le sillage de leurs ancêtres, deux apprentis piroguiers kanak participent à un fantastique défi collectif environnemental et sociétal : relier la Nouvelle-Zélande au Vanuatu en pirogue.


Ils s’appellent Aïlé Tikouré et Robert Streeter, ont tous deux moins de trente ans, et sont impliqués dans le renouveau calédonien de la navigation des pirogues en haute mer. Ce jeudi 25 avril, ils s’envolent pour la Nouvelle-Zélande, afin d’y suivre un entraînement puis d’embarquer sur deux pirogues sorties récemment des chantiers à Auckland. Une occasion en or pour les deux jeunes Calédoniens, respectivement originaires de l’île des Pins et de Lifou, d’engranger une précieuse expérience de navigation aux côtés de Peia Patai. Commandeur de la flotte de la fondation Okeanos qui pilote le projet, ce dernier est l’un des douze Pwo Masters (un « grade » traditionnel accordé en Micronésie aux maîtres navigateurs initiés aux longues traversées) actuellement en activité sur tout le Pacifique.

Aïlé, 28 ans, guide touristique en son pays Kunié, a déjà visité plusieurs fois Aotearoa. Il a notamment participé l’an dernier au chantier de construction de la pirogue Okeanos Messenger, qui sera du voyage, et dont la vocation de navire-école lui permettra de circuler dans le Pacifique. L’autre pirogue sera livrée à Palau en Micronésie, afin que les populations locales en fassent à la fois un outil de développement durable et touristique, et un moyen de transport de petit fret (3 tonnes) vers des îles isolées et peu peuplées. Quant à Robert, 27 ans, cette expérience parmi un équipage d’apprentis-piroguiers sera une première. Chacun des vaka motu peut accueillir jusqu’à douze équipiers.

Okeanos s’inscrit dans la dynamique entamée dans les années 70 avec la célèbre pirogue Hawaïenne Hokule’a, de reconnexion avec les savoirs traditionnels de navigation à l’échelle du grand Pacifique ; l’un des objectifs de la fondation est de concourir à un réseau pan-Pacifique de grandes pirogues qui fasse fi des frontières conventionnelles entre Micronésie, Polynésie et Mélanésie. Les pirogues, si elles font appel à une connaissance ancestrale des courants ou du repérage aux étoiles, n’en sont pas moins des bijoux technologiques modernes équipés notamment de panneaux solaires et de désalinisateurs.

Aïlé, Robert et leurs coéquipiers devraient entamer leur grande traversée la première semaine de mai. Les deux Calédoniens débarqueront ensuite au Vanuatu, première étape du grand périple au bout de 6 à 7 jours, pour regagner le Caillou, tandis que les pirogues poursuivront leur trajet. Ils sont tous deux parties prenantes du Kenu One Project, qui depuis 2017 s’active en Nouvelle-Calédonie pour la redécouverte de ce patrimoine maritime et culturel… dans le même temps porteur de superbes perspectives en matière de tourisme durable, de fret, ou de chantier de réinsertion.

Sylvain Derne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici