Accueil Actualités La Côte oubliée : non aux miniers, oui à la nature !!

La Côte oubliée : non aux miniers, oui à la nature !!

899

En Nouvelle-Calédonie, le Parc provincial de la Côte oubliée Woen Vùù – Pwa Pereeù, qui représente un tiers de la superficie de la province Sud et au cœur du quel se trouve la moitié des forêts humides du pays, est officiellement créé !


A 10 heures ce matin, et autour d’un consensus politique général entre les différentes formations loyalistes et indépendantistes, les quatre années de travail de terrain consacrées à la création d’un Parc hors normes en Nouvelle-Calédonie se sont concrétisées par un vote à l’unanimité en Assemblée de province Sud.

En interdisant les activités minières par le gel de 102 titres d’exploitation au sein des 84 000 hectares de la zone, la province Sud lance un message fort : le patrimoine naturel du site, c’est-à-dire son taux d’endémisme record de 98 % pour les espèces végétales (dont certaines descendent directement du supercontinent Gondwana), sa concentration d’araucaria unique au monde, ses kaori millénaires, ses 53 espèces inscrites sur la liste de l’UICN, la plus grande aire terrestre d’oiseaux du territoire, son double tombant récifal rarissime, ou bien encore les trésors culturels hérités des populations locales encore installées en son sein… comptent davantage que les profits des activités minières.

D’ores et déjà, la SLN a demandé une compensation financière de deux milliards de francs CFP, au titre du préjudice subi. Philippe Michel, président de la province Sud et porteur principal du projet avec l’élue Calédonie Ensemble Nina Julié et les agents de la Direction de l’Environnement, a précisé ce matin qu’il n’entend « donner aucune suite à cette demande ».

Du côté des indépendantistes, on salue le travail engendré depuis des années avec les chefferies coutumières et les populations locales concertées sur le sujet en souhaitant faire de ce dossier « un cas d’école » pour les dossiers à venir…

Grâce au classement de la zone en Parc provincial, et même si un comité de pilotage doit en établir les règles régissant les activités de l’homme au milieu de ce hot spot mondial de biodiversité, la Nouvelle-Calédonie pourrait bientôt demander à l’UNESCO d’inscrire cette nouvelle zone au Patrimoine mondial de l’humanité…

Enfin, grâce à ce projet, la province Sud, et donc, la Nouvelle-Calédonie devient l’un des rares territoires à atteindre les objectifs d’Aichi voulus par les Nations-Unies.

Voilà la bonne nouvelle de la journée…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici