Accueil Aventure Tisser les liens de l’océan

Tisser les liens de l’océan

366

Parrain de l’association Lyto Fishing à Lifou, Pierre Crubillé, vice-champion du monde d’apnée et chroniqueur permanent pour Carnets du Pacifique, a fait la joie des enfants de Gaïtcha…


Il y a quelques semaines j’ai eu l’honneur d’être invité à Lifou pour la fête du Grand Chef du district de Gaïtcha, Puionodi Zeoula. Invitation à l’initiative de Jonathan Zeoula, son cousin, et du reste de la jeune association « Lyto Fishing » de la tribu de Drueulu. Une joyeuse bande d’amis et de cousins les yeux sans cesse rivés sur l’océan, tous passionnés de pêche à la ligne ou en apnée.

Ma mission du week-end : initier les plus jeunes de la tribu à l’apnée et permettre aux adultes de se perfectionner. Ma compagne Lénaïc, apnéiste expérimentée et compétitrice, est là aussi pour me prêter main forte. Après la cérémonie coutumière et l’ouverture
des festivités, nous nous dirigeons vers la magnifique baie de Drueulu pour un repérage des différents spots d’apnée. Tout est calé pour le lendemain, le matériel de secours est opérationnel et les gars sont très efficaces. Le soir venu, geste coutumier en plus petit comité avec nos hôtes dans la très belle case de Pierre Nyikeine. Instants forts et échanges de paroles. Je n’ai pas une grande expérience dans ce domaine, à peine dix ans sur le territoire, mais j’essaie d’en respecter les codes le mieux possible. Je suis venu avec un petit surplus de matériel qui restera à la tribu pour équiper les jeunes, modeste contribution mais riche de sens à mes yeux.

Samedi matin, place à l’action, les navettes s’enchaînent toute la journée vers les spots d’apnée et nous passons un moment exceptionnel avec la bande « Lyto Fishing » à plonger au coucher du soleil le long d’un magnifique tombant à plus de 25m. Eau claire, spot protégé du vent, on plonge profond, on s’amuse, on voit passer de beaux poissons qui auraient certainement terminé sur les braises dans d’autres circonstances (les arbalètes sont restées à terre pour cette fois), les éclats de rire résonnent… bref, que du bonheur… Les plus jeunes, déjà très aquatiques, plongent en short de ville, les poches encore remplies de pièces… qu’ils perdent dans l’eau, évidemment.

Avant de se quitter, Lénaïc et moi avons l’honneur d’être nommés parrain et marraine de « Lyto Fishing », ce que nous acceptons évidemment avec plaisir, et nous remercions chaleureusement toute la bande pour leur accueil plus qu’enthousiaste.

Ces moments d’échanges resteront pour moi inoubliables et mettent en lumière ce lien puissant qui unis ceux qui, comme nous, vivent au rythme de l’océan. Cette passion commune fait de nous de véritables compagnons (au sens littéral : ceux avec qui l’on partage le pain) en dépit de cultures très différentes. Moi, le Breton expatrié et eux, les kanak des Îles Loyauté. Notre plus fort lien réside dans cette passion viscérale de la mer qui nous anime mais également dans cette forte conscience de la nécessité de la préserver. Certes, nous prélevons régulièrement à la mer de quoi nourrir nos familles mais c’est aussi ce qui nous rend plus qu’attentifs à la pérennité de cette ressource pour les générations futures.


“ Il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts, et ceux qui vont sur la mer. ”

Platon ou Aristote (il y a débat, moi je ne sais pas je n’étais pas là…)


 

Texte et photos : Pierre Crubillé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici