Accueil Aventure Fakarava, des requins et des pèlerins

Fakarava, des requins et des pèlerins

373

Destination très prisée des plongeurs, les Tuamotu cachent une passe mythique : la passe de Fakarava. Là, comme un pèlerinage évident, la rencontre avec les seigneurs des mers prend des allures de ballet aquatique où le temps laisse place à l’émerveillement.


La Polynésie française est constituée d’innombrables atolls. Les Tuamotu, archipel de 76 atolls se situe entre les Marquises et les îles de la Société. Toau, Tahanea, Orunaou encore Fakarava, petits chapelets d’îles aux noms chantant envoûteront votre cœur par leur beauté et la gentillesse du peuple polynésien. L’atoll de Fakarava, également appelé Havaiki-te-araro, pour les intimes, a une superficie terrestre de seulement seize kilomètres carré, mais il s’étend sur plus de cinquante kilomètres de long et vingt kilomètres de large avec le lagon.

Ce lagon du bout du monde, joyau du Pacifique, recèle de nombreuses surprises. Certains atolls, tel Rangiroa attirent les plongeurs pour les dauphins qui évoluent dans leurs passes. D’autres, comme la passe Nord de Fakarava. Pour des plongées dérivantes au milieu d’un mur de centaines de requins gris qui fendent gracieusement le fluide bleuté. Une fabuleuse expérience qui donne le frisson. C’est une plongée absolument unique en Polynésie et l’une des meilleures sous les tropiques. Jetés à l’eau, trois cents mètres de fond sous vos palmes, le courant vous pousse vers l’intérieur de l’atoll en marée montante. Une masse sombre surgit alors progressivement.

Des centaines de squales

Le récif apparaît. Allant à son encontre, des centaines de squales surviennent, entrecroisés, lassés du puissant courant rentrant. La palanquée s’accroche dans le tombant, vivement retournée par l’océan qui force le passage. Un véritable ballet. Il ne vous reste plus qu’à observer ces magnifiques prédateurs, sentir leur présence. Les voir sinuer dans l’eau relève de la magie. Un bon tiers de la réserve d’oxygène suffira pour rester accroché face à ce mur inoubliable !

La palanquée de plongeurs décroche ainsi pour continuer une balade sans effort à travers les murailles de coraux. Le spectacle n’est pas fini car de nombreux cartilagineux évoluent dans la passe. Nombre poissons Napoléon s’invitent. Des thons, de furtifs thazards passent au loin et se fondent dans l’intensité du bleu. Le courant se calme alors, il est temps de reprendre un souffle, et de quitter ce monde sous-marin féerique…

Texte et photos : Jonathan Jagot

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici